La plateforme infinite RPG fermera à partir de novembre 2019. En savoir +
{{{$data->nom}}}

Et si c'était vrai ? Une académie de vampire.

Comment suis-je arrivée à Frostang ?

ae5bd6f414ffd14a0e76434d0bc758d3.pngae5bd6f414ffd14a0e76434d0bc758d3.png

Dans cette quête lâchez vous, à travers un récit, peut importe la taille. L'intérêt est de déterminer dans quelle circonstance vous êtes devenu étudiant ou professeur de l'académie. Alors à vos claviers.

0

RP posté le

Dans ce récit les personnages Jenny et Alexander apparaissent, je l'ai remercie de prendre connaissance de ce post :)

Vancouver, Canada, 7 heures du matin.

Dans son lit, dormait une jeune fille de quinze ans, plongés dans l'insouciance de ses songes, ignorant que sa vie était sur le point de changer radicalement. Quand son réveil se mit à sonner, la jeune fille le jeta au sol avant de râler contre ce dernier d'un grognement.

- Clary debout !

La voix de la mère de la jeune fille parvient aux oreilles de Clarissa qui décida non sans un deuxième grognement de sortir de son lit. Elle se regarda dans le miroir et soupira. Elle prit sa brosse à cheveux et se lança dans la lourde tâche de démêler ses longs cheveux châtains, qu'elle attacha en queue haute avant de mettre le premier pull qu'elle attrapa dans le chantier qu'était son placard, ainsi qu'un jeans. Elle passa un coup de gloss sur ses lèvres et descendit dans le salon.

- Non Clary, tu ne vas pas mettre ce pull-là quand même ?

La jeune fille regarda son pull et haussa les épaules en regardant sa tante qui l’élevée depuis sa naissance, et qu'elle considérait comme sa mère.

- Ben pourquoi ?

- Tu ne peux pas t'habiller comme toutes les jeunes filles de ton âge ? On dirait que j'élève un garçon.

Clary ne put s'empêcher de lever les yeux au ciel. Il était vrai que la jeune fille avait un style vestimentaire minimaliste, mais elle était heureuse comme ça. Elle voulait être transparente aux yeux de tous, et c'était une des façons les plus efficaces qu'elle avait trouvé.

- Je vais au lycée à ce soir.

- Clary ?

- Quoi ?

- Tu oublies ton sac de cours et ton petit déjeuné !

- Ah ouais.

Clary attrapa son sac à dos avant de filer en direction du lycée, pour ce qui était de son petit déjeuné, c'était une chose bien futile pour elle, et sa tante qui tentait toujours de lui faire avaler quelque chose, avait fini par jeter l'éponge. La matinée fut longue pour la jeune fille qui ne supportait vraiment plus les cours, les professeurs et surtout les élèves. À l'heure du déjeuné, elle s'isola, ouvrit un vieux carnet dans lequel elle écrivit quelques lignes.

Cher journal,

Aujourd'hui c'est mon quinzième anniversaire et ma tante à enfin fini par comprendre que je ne voulais pas qu'on me le souhaite. Comment peut-on vouloir fêter le jour de la mort de ses parents ? Ma mère est morte en accouchant et mon père est mort en essayant de rejoindre la maternité dans un accident de voiture. Je ne vois donc pas ce qu'il y a de festif là-dedans. C'est pour cette même raison que je souhaite qu'on laisse tombée mon anniversaire. J'aimerai tellement que mes parents soit là, je suis certaine que ma vie serait différente aujourd'hui et ...

Clary n'eut pas le temps de finir sa phrase, qu'une main s’abattit sur son journal. Elle se retourna aussitôt vers son propriétaire. C'était un de ces joueur de basket, qui se pensait tout permis dans le lycée sous prétexte qu'il était sportif et grand de surcroît ce qui n'était pas le cas de Clary, et c'est en vint qu'elle tenta de récupérer son journal ,malheureusement pour elle, le basketteur se mit à lire la page a voix haute, provoquant les railleries de ses camarades. Des larmes embrumèrent la vision de la jeune fille.

- Tu veux récupérer ton petit journal la bizarre ? Ramène-moi un CD de chez Georges Musicos et je te rends ton prestigieux petit journal de gamine orpheline.

Un sourire moqueur se figea sur le visage de ce dernier. Clary se mordit fortement la lèvre inférieure. Le magasin d'on parler ce crétin se trouvait à quelques mettre de leur lycée. Il fallait qu'elle récupère son journal, après avoir soupiré, évalué les risques, elle se dirigea vers la boutique de Georges. Les risques lui semblèrent plus important si l'attardé qui lui avait pris son journal en était détenteur trop longtemps. Elle avait passé environs quarante-cinq minutes dans la boutique avant de se décider. Elle mit le CD dans son sac sans plus réfléchir, on aurait dit un zombie. Clarissa n'était pas une voleuse en temps normal mais elle souffrait suffisamment au lycée sans en plus rajouté que son journal était entre les mains du plus idiot des élèves qu'est vu passé ce lycée. Malheureusement pour elle quand elle décida de sortir, le vieux Georges l’interpella.

- Tu comptes aller où avec ce CD jeune fille ? Je vais appeler les flics ! Je commence en avoir marre que des petits crétins dans votre genre viennent me dépouiller !

"Il ne manquait plus que ça". Pensa la jeune fille en faisant un sourire au vieux vendeur mais elle savait que Gorges était sérieux, une part d'elle commençait à paniquer, et si ces jambes ne s'étaient pas ramollies subitement, elle serait très certainement partie en courant.

Sa tante allait la tuer c'était certain. Le vol n'était pas une valeur qu'elle considérait beaucoup. Il ne fallut pas beaucoup de temps avant qu'un véhicule de police se gare devant la vielle boutique du vieux Georges, et qu'un policier entre dans le bureau du propriétaire. Clary fut surprise en voyant le policier entrer. L'homme ne semblait même pas avoir atteint la trentaine, le visage de la jeune fille se figea quand elle découvrit le policier visiblement charger de l'affaire. Elle n'aurait su dire pourquoi, mais quelque chose la tétanisa sur place. Il était beau, vraiment plus beau que la moyenne, il avait les traits fin, son visage d'un clair étonnant tranché avec le noir de ses cheveux, chaque centimètre de son visage semblait avoir été sculpté dans le marbre, sans parler de ses yeux, on aurait dit deux émeraudes tellement la couleur verte de ces derniers semblait si pure. Tombant légèrement sur le coin de ses yeux quelques mèches de cheveux accentuant le mystère sur son visage indécodable. Le policier n'avait à aucun moment accorder la moindre attention à la jeune fille rousse.

- Ne vous inquiétez pas Georges je peux vous assurer que vous ne serez plus ennuyait par ce genre de vermine.

Clary jeta un regard sombre au policier. De quel droit il la jugeait de vermine ? il ne savait même pas les raisons qui l'avait poussé à commettre une telle ânerie. Plus que jamais encore, Clary aurait voulu se cacher sous la cape d'invisibilité d'Harry Potter. Elle se demandait pourquoi une telle cape n'existait pas dans la vraie vie.

Le policer fini par faire monter Clary dans sa voiture et alors qu'elle s'attendait a ce que l'homme l’emmené au poste, elle fut surprise de passer devant le commissariat et soudain elle se demanda ou le policier pouvait bien l'amener. Quand ils entrèrent dans la forêt la panique commença a grimpé en elle, son sang se mit à pulser fortement dans sa tête, son cœur commençait à battre un rythme insoutenable.

- Calme-toi tu veux ? Je ne te ferai rien de mal.

Aux mots du policier, Clary paniqua davantage. Quelle se calme ? Et si c'était un tueur en série ? Une fois sortit de la forêt, la voiture s'arrêta devant une grande grille qui s'ouvrit instantanément puis, la voiture avança dans une immense allée avant de s’arrêter devant les portes de ce qui semblait être un grand château. Le policier descendit de la voiture avant d'aller ouvrir à Clary lui faisant signe de le suivre. La jeune fille déglutit avec difficulté. Elle vivait ici depuis toujours et elle n'avait jamais vu ce château. Comment cela était possible ? Elle suivit le policier à l'intérieur, les murs étaient vraiment très hauts, il faisait assez sombre à l'intérieur. Il y avait pas mal de tableaux aux murs, mais la jeune fille était bien trop inquiète pour prêter attention aux visages qui étaient peint dessus. Le policier amena Clary au troisième étages. Il poussa une lourde porte menant sur un immense bureau ancien, la jeune fille soupira de soulagement en voyant que sa tante était là et l'attendait assise près du bureau.

- Clarissa assieds-toi. Je reviens. Lui avait indiqué le policier avant de s'éloigner dans une autre pièce.

- Tante Jenny ! On n'est où ? Demanda Clary un peu paniquée.

- Tu es chez toi mais le seigneur t'expliquera ça très vite, assieds-toi il n'aime pas se répéter.

Clary se frotta les yeux. C'était quoi cet endroit et c'était quoi ces histoires de chez soi, de seigneur ? C'était une sorte de cadeau d'anniversaire de sa tante, une sorte de jeu de rôle géant qu'elle aurait organisé ? Une sorte de fête surprise ? Le policier réapparut presque aussi vite qu'il n'était partie mais il n'était plus habillé en policier. En effet il était revêtu d'un costume trois pièces des plus chic et s'installa sur un immense fauteuil derrière le bureau. Les yeux de Clary ne purent cacher leur désarroi surtout quand celui-ci semblait accablé sa tante dans une langue étrange, on aurait dit une sorte de latin ce qui déclencha entre eux une dispute.

- Euh je ne voudrais pas vous déranger mais c'est quoi ce truc ? Je suis où et qui êtes-vous ? Coupa la jeune fille complètement perdue et prise de malaise a la réponse que lui donna l'homme. Elle semblait tirer d'une mauvaise imitation d'une certaine réplique de Georges Lucas, quand le policier lui répondit " je suis ton père." La jeune fille jeta un regard au policier avant de répondre.

- Non sérieusement, mon père est mort et quand bien même il serait un peu plus vieux, vous vous ne devez même pas avoir plus de trente ans, mon père devrait avoir quarante ou cinquante ans.

- J'en ai trois cents en réalité, mais tu as raison je suis bel et bien mort et j'en avais vingt-sept quand cela est arrivé. Tu es chez moi ce château m'appartiens, et depuis un peu plus de quarante ans maintenant il sert d'académie pour jeune vampire.

Le discourt insensé du policier, qui n'en était évidement pas un, semblait être celui d'un fou mais, quand elle vit sa tante acquiescé ses dires, cela fini par créer un plus grand malaise auprès de la jeune fille. Le discourt insensé de l'homme fit bondir la jeune fille hors de sa chaise, mais elle manqua de tomber violemment. En un rien de temps le brun c'était levé, avait fait le tour du bureau, et avait rattrapé Clary qui finit malgré tout par s'évanouir.

Une fois la jeune fille réveillée, l'homme la regarda avec attention. Il n'avait pas envie que la jeune fille s’évanouisse à nouveau, mais il fallait qu'elle comprenne la vérité.

- Je m'appelle Alexander Darma, je suis le propriétaire de ce château et également ton père. Permet moi de t’éclairer mais promet moi de ne pas partir en courant, ce qui entre nous serait inutile, tu l'as vu tout à l'heure je suis bien plus rapide que la plupart des gens.

Il marqua une pause, il parlait d'une voix douce et rassurante, ce qui n'était pas le cas de son discourt aux yeux de Clary qui semblait toujours aussi paniquée. Une part d'elle voulait fuir comme il l'avait suggéré, mais une autre était piqué de curiosité.

- Je suis né humain, il y a plus de trois cents ans, je suis le fils d’un couple de vampire, mort le jour de ma transformation. Dans notre famille, nous naissons tous humain et nous nous transformons à notre mort. Celui qui a tué mes parents pensait très certainement s’être débarrassé de moi également, mais il n’avait pas calculé que j’étais humain. C’était un chasseur de vampire, à l’époque ils étaient nombreux. C’est pour cette raison que, j’ai créé l’académie, pour aider les vampires à se faire oublier des humains, de nous ils ne restent plus que des légendes mais les légendes sont fondée sur des faits. J’ai rencontré une humaine un jour et j’en suis tombé fou amoureux, elle est morte peu de temps après avoir mis au monde notre enfant, toi. Je t'ai confié a l’une des domestiques du château, celle que tu appelles "tante Jenny" pour te donner une chance Clarissa de vivre la vie d’humaine que mérité loin de ce monde.

Clary écouta la tirade de celui qui se présentait comme son père, elle était vraiment perdue et semblait toujours très suspicieuse en ce qui concerné la véracité des dires du vampire. Alexander le remarqua bien entendu et se leva ce qui fit sursauter Clary, se dirigea vers l'immense bureau et ouvrit un tiroir. Il en sortit une photo qu'il tendit a la jeune fille.

- C'est une photo de ta mère et moi, tu es née une semaine après que cette photo est été prise.

Clary prit la photo des mains d'Alexander et son souffle fut coupé, c'était la photo qu'elle avait de ses parents mais sans qu'elle ne sut pourquoi la partit du visage de son père avait été taché rendant cette partie de la photo invisible, sur cette version on pouvait clairement voir son père et le sourire qu'il arborait sur cette photo.

- C'est la dernière fois que nous avons pu prendre une telle photo, depuis j'ai fait interdire les photos dans ce château mais j'ai conservé celle-ci pendant 15 ans.

- Alors vous êtes vraiment mon père ?

- Oui.

- Mais pourquoi m'avoir abandonné et faite croire que j'étais complètement orpheline ?

- Pour te protéger. Je suis le directeur d'une académie de vampire, et bien que je tente de lutter contre les vampires qui tue des humains, je craignais de ne pas pouvoir protéger un bébé dans une académie de vampire.

- Mais pourquoi m'avoir fait venir ici et me dire tous ça aujourd'hui ? Je suis encore une humaine au cas où vous ne l'auriez pas remarqué.

En temps normal Alexander était très à cheval sur le ton qu'on prenait pour s'adresser à lui mais pour cette fois il considérait cette imprudence de la part de Clary excusable par l'état de choc dans lequel elle se trouvait à l'instant.

- Je t'ai éloigné pour te protéger de ce monde mais il semblerait que ces derniers temps ton comportement laisse à penser que le monde des humains est plus destructeur encore pour toi. Je pense qu'il est temps que tu retrouves le monde qui est le tiens. À partir de demain je te présenterai comme étant la nouvelle étudiante de cet académie.

- Je ne suis pas un vampire.

- Non mais tu es ma fille et ce sera l’exception.

- Je ne suis pas sûre de le vouloir. Dans mon lycée, je suis déjà la fille bizarre alors ici j'ai peur que ce soit encore pire.

- En fait Clary, tu n'as pas vraiment le choix. J'essaie de te le dire avec le plus de douceur et de compréhension possible, mais ce n'est pas une proposition. Demain tu étudieras ici et tu vivras ici. D'ailleurs pour cette dernière partie c'est acté à ce jour, tes affaires sont déjà dans ta chambre. Si tu veux Jenny te montrera tes appartements. Si tu as la moindre question je serai toujours disponible pour te répondre en attendant tu as assez eut d'émotions pour ce soir, je t'ai fait préparer ton repas, il te sera servie dans ta chambre pour ce soir, tâche de te reposer un peu ce soir demain sera une longue journée.


( Clary n'apprendra que trois jours après son arrivé l'existance de son frère, Alexander ayant jugé que c'était déjà assez difficile a digérer )

RP posté le

Dans mon récit d'arrivée, je mentionne Alexander, Jenny, Luke et Clarissa.

Il y avait du sang, beaucoup de sang. Le sang avait coulé dans la pièce ou Rylan se trouvait, mais c'était aussi au coin de ses commissures que le sang continué de couler. Le jeune vampire venait de naître au monde de la nuit quand une main froide se posa sur son épaule. La main d'un vampire, la main de la créature qui avait fait de lui ce monstre assoiffé de sang. Ce vampire appartenait au clan des nocturnes, le clan dévastateur d'humain, clan qui l'avait adopté et qui allait faire de lui un monstre sanguinaire.

Durant des décennies, 34 ans pour être exact, Rylan n'avait aspiré qu'à vider ses victimes de leur nectar enivrant. Il était un vrai tueur, jusqu'au jour ou ce fut lui la victime. Il fut victime d'un groupe de chasseur de vampire, et alors que les humains le pensait mort, Alexander Darma récupéra le vampire inconscient au sol avant de l'amener dans un château qui deviendrait très vite une académie de vampire.

Alexander avait offert une seconde vie de vampire à Rylan et depuis ce jour il lui en est reconnaissant. Rylan n'ai pas arrivé a l'académie, il a vu l'académie arrivée à lui et plus tard il se rendra compte que c'était le cas pour un bien grand nombre d'entre eux. Il fut le premier étudiant, il vit arrivée une femme un jour, elle se maria avec le maître des lieux, mais cette femme était une humaine, elle aimait son mari de tous son cœur et lui donna deux beaux enfants, un garçon d'abord puis une fille avant de mourir. C'est a la mort de cette dernière que le maître des lieux envoya son fils dans un foyer ou il lui rendait régulièrement visite et sa fille sur qui il veillait par l'intermédiaire de sa plus grande amie et domestique Jenny qui partit élever l'enfant au abord de l'académie, loin des vampires mais proche de son père.

Rylan considérait l'académie comme son foyer et son directeur comme un père de substitution, un mentor et un rédempteur.

Pour conclure, Rylan considère que c'est l'académie et Alexander qui lui a permis de trouver sa place dans ce monde. Rylan sera fidèle a Alexander et ses principes, il ne lui manquera jamais de respect et blâmera ce qui oserait le faire.



RP posté le

Comment était elle arrivé la ? La question surtout qu'il fallait se poser, c'est qui était cette jeune brune au yeux vert et à la peau si pâle. Et si on lui demandait ? Malheureusement pour vous, elle ne s'aurait vous répondre et puis , si par miracle, elle l'avait su, elle ne se serait jamais pris la peine de vous répondre.

Victoria est le genre de femme qui peut paraître une énigme à elle toute seule, en réalité, même pour elle, elle en est une. Demandez lui qui elle est, elle vous répondra certainement, si elle le désir, qu'elle s'appel Victoria Blood et qu'elle s'est reveillé un matin devant les porte de cette academie, sans vraiment savoir comment elle avait fait pour arriver là. Parce que soyons honnête , si elle avait eu le choix, elle n'aurait certainement jamais choisit cet endroit.

En réalité, cette jeune demoiselle ne s'appelait pas Victoria lorsqu'elle était encore humaine, son nom était Marie, un nom qu'elle déteste tout autant qu'elle déteste la personne qui a eu le malheur de lui donné avant de l'abandonné lachement dans un orphelinat. C'est l'un des seul souvenirs qu'il lui reste de son passé, l'orphelinat et son sejour de quatre ans en psychiatrie. Apparemment la jeune fille était skyzophrène et anorexique. Si vous lui demandez de quoi elle à pu mourir, elle ne saura vous répondre, si vous lui demandez qui la transformer, la aussi elle n'aura aucune réponse, car la jeune femme n'a jamais était transformé, elle est revenu à la vie comme ça et depuis c'est le trou noir.

Enfin, chose étant, elle avait mis les pieds dans cette académie un matin, enfin on l'avait trouvé allongé et morte de fin devant la grille. C'est la seule fois que Vic' eu le malheur d'avaler ce sang synthetique au gout atroce et elle s'est promis de ne jamais plus en avaler.

0

RP posté le

Davina avait toujours aimait le mystère jusqu'au jour où elle en était devenue un elle-même. Jusqu'au jour où elle s'était réveillé, seuls, dans un lit, sans aucun de ses souvenirs et où elle avait dû choisir un nom. Après s'être remis du choc face à la perte de sa mémoire, elle s'était levé et avait poussé une lourde porte en bois. Elle ne reconnaissait pas les lieux et était sûr de n'avoir jamais mis les pieds dans cette endroit et même si cela avait été le cas, elle n'aurait pû sans souvenir. Sur son chemin, elle croisa une jeune femme qu'elle reconnue. Elle était la seul personne dont elle avait gardé le souvenir, elle et l'odeur âcre de la fumée. Elle arrêta la jeune femme et lui demanda:

- Excuse moi, on se connait? Comment tu t'appelle ?

Elle la regarda de haut en bas, avant de se retourner pour partir, juste avant de quitter les lieu, elle lacha simplement:

- Victoria

Lorsqu'elle ne fût plus devant elle, un homme se présenta devant Davina. Il lui expliqua qu'il était le directeur de l'académie des vampire et que c'était une des élèves qui l'avait ramené ici. Davina comprit alors qu'elle était un vampire, ce qu'elle n'avait pû, jusque là, imaginé. Puis le directeur lui demanda qui elle était, qu'est ce qui s'était passé lorsqu'on l'avait trouvé et comment elle était devenue un vampire.

- Je ne me souviens de rien, fût la seule chose qu'elle pû répondre

0